Acides gras oméga 3

Produits à base d’oméga 3

Acides gras oméga 3 – la solution complète pour votre santé

Ce que nous mangeons a une influence directe sur notre santé. Les acides gras oméga 3 jouent un rôle crucial en la matière. Ils sont présent dans certaines huiles végétales, dans les noix et surtout, et c’est la forme la plus efficace, dans les poissons de mer. Chez de nombreuses personnes le terme « acides gras » évoque les matières grasses en général. Mais pas d’inquiétude, il existe des différences majeures.

Tout d’abord, il faut établir une distinction entre les graisses saturées et les graisses insaturées. Il convient de ne pas consommer trop de graisses insaturées présentes principalement dans la viande et les produits à base de lait entier.
En revanche, pour assurer le bon fonctionnement de notre métabolisme, nous avons besoin de certaines bonnes graisses. Ces graisses « saines » incluent les acides gras oméga 3 polyinsaturés, surtout l’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide eicosapentaénoïque (EPA).

In utero, le fœtus a déjà besoin d’EPA et de DHA pour son développement physique et mental. À tout âge, les acides gras oméga 3 jouent un rôle clé. En outre, ils ont une grande importance pour le métabolisme cérébral et la fonction cardiaque, tout en participant au maintien de la santé oculaire. Ce n’est pas par hasard que les acides gras oméga 3 sont considérés comme le couteau suisse de notre santé !

Nous mangeons trop peu de poisson !

Les acides gras oméga 3 sont très utiles dans le cadre d’une alimentation saine. Malheureusement, nous avons plutôt tendance à consommer des graisses saturées (viandes grasses et produits à base de viande), et nous ne mangeons pas assez de « bons » acides gras insaturés.

Les poissons de mer en particulier, tels que le saumon, le maquereau et le hareng, sont riches en acides gras oméga 3 polyinsaturés, en acide eicosapentaénoïque (EPA) et en acide docosahexaénoïque (DHA).
Selon la Société allemande de nutrition, une grande proportion de la population consomme nettement moins de poisson que ce qui est recommandé. Ainsi, 16 % des Allemands ne consomment pas du tout de poisson. Les pourcentages chez les enfants et les adolescents n’atteignent pas non plus les recommandations.

L’idéal serait de consommer du poisson lors de deux repas par semaine, dont un comportant du poisson de mer.
Notre astuce : Pourquoi ne pas commencer à acheter du poisson régulièrement au marché hebdomadaire ? Le filet de cabillaud n’est pas fort en goût et particulièrement adapté aux « nouveaux mangeurs de poisson » ou aux enfants.

Oméga 3 avec EPA et DHA – applications

Les acides gras oméga 3 EPA et DHA sont véritablement polyvalents et des études montrent régulièrement leur bienfaits sur de nombreux aspects liés à la santé. Certains scientifiques affirment même que le développement particulier de l’être humain n’a été possible que grâce à l’alimentation à base de poisson.

Pour que le cerveau fonctionne normalement :
Notre capacité à apprendre et à nous concentrer est aussi influencée par ce que nous mangeons.
Les acides gras oméga 3 peuvent notamment contribuer à maintenir une fonction cérébrale normale. En effet, on retrouve le DHA en grande quantité dans les régions du cerveau actives sur le plan métabolique, comme les mitochondries, les synapses et le cortex cérébral. Le prérequis d’un métabolisme cérébral sain est, par conséquent, une proportion adéquate d’acides gras DHA dans les aliments que nous consommons. L’apport quotidien recommandé de DHA est de 250 mg.

Pour que le cœur fonctionne normalement :
Un cœur sain a besoin non seulement d’exercice, de sommeil et de relaxation, mais également d’une alimentation équilibrée. Des taux suffisants de DHA et d’EPA jouent un rôle majeur dans la fonction cardiaque normale. Un apport quotidien de 250 mg d’EPA et de DHA a un effet bénéfique.

Pour une vision normale :
Environ 80 % des informations provenant de notre environnement nous arrivent par le biais de la vue. C’est une raison suffisante pour protéger nos yeux et les garder en bonne santé. Là aussi, les acides gras oméga 3 joue un rôle important car ils composent la rétine et les photorécepteurs. Un apport quotidien de 250 mg de DHA peut avoir un effet positif sur le maintien d’une vision normale.

Pendant la grossesse et l’allaitement :
Dès la conception, les acides gras oméga 3 EPA et DHA ont une influence sur le développement normal et la santé des yeux et du cerveau du bébé. L’acide gras DHA est un composant du cerveau, du tissu nerveux et des yeux qui intervient vers la fin de la grossesse et pendant l’allaitement.

Comme la femme enceinte fournit le DHA directement au fœtus via le cordon ombilical, il lui est recommandé d’augmenter son apport quotidien en DHA de 200 mg (en plus de l’apport quotidien recommandé de 250 mg d’EPA/DHA).